Les derniers seront les premiers

Comme dans tous les domaines, les organisations sportives sentent parfois le besoin indescriptible de prendre part à l’aventure des médias sociaux. Cette envie les poussent parfois sur un terrain glissant voire périlleux où argent, temps et même parfois réputation peuvent se perdre.

Bien sûr, des conseils peuvent être bien utiles pour ces organisations comme bâtir un plan, fournir un contenu pertinent ou utiliser la vidéo, mais la question demeure, être ou ne pas être (sur les médias sociaux)? En effet,  telle est la question que trop peu se posent et qui aurait même due apparaître il y a longtemps sur ce blogue.

Je veux être sur Facebook

Phrase typique, utilisée mainte fois par des professeurs en exemple : « Mon fils est sur Facebook, je veux y être! » Se lancer sur le Web social demande une réflexion stratégique un peu plus poussé que ça. Si on décide d’être sur Facebook que pour rejoindre plus de gens ou encore pour profiter de sa popularité et bien on est dans le champ gauche pour reprendre une expression à la mode. Il faut comprendre comment fonctionne les médias pour saisir à quoi il peuvent servir notre organisation. Je vous propose un article de Michelle Blanc qui explique bien les pour et les contre des deux principaux médias sociaux, Facebook et Twitter.

Un petit conseil, si vous n’êtes pas familier avec ces médias, prenez un petit courr rapide pour bien les comprendre, ça vous aidera grandement.

Publier le contenu de votre site Web

La Ligue de Hockey Senior du Richelieu est une ligue assez sérieuse qui devrait normalement avoir quelques fans, surtout lorsqu’on sait que certaines des ses équipes attirent une centaine de fans par partie. Mais la LHSR a commis l’erreur de se lancer sur Facebook sans objectif autre que d’être sur le média en question. Le résultat est que le seul contenu disponible sur la page est le même contenu que l’on peut avoir sur leur site Web, www.lhsr.qc.ca. Cela fait en sorte que seulement 34 personnes sont devenues fans de la page, ce qui est assez décevant pour une ligue de 12 équipes.

Commencer par sa cour

Mon dernier conseil est de commencer toute nouvelle stratégie Web en examinant de près ce que l’organisation contrôle totalement, le site Web. Je crois qu’il est plus logique de commencer par se bâtir un site efficace en premier lieu. Souvent, un bon site Web peut combler les attentes des différents publics, en commençant par donner des horaires claires et des statistiques à jour. Il sera alors inutile de dupliquer ces informations un peu partout, surtout que cela peut demander du temps et de l’argent.

Ensuite, pensez attentivement à votre stratégie, puis évaluez le potentiel des différents outils, non l’inverse. Comme cela, lorsque vous vous lancerez dans l’aventure vous réussirez sans doute là ou plusieurs ont échoué.

Guillaume

Publicités

Étirer une sauce ou la renouveler ?

Lorsque le Canadien gagne quelques parties, il est coutume d’entendre Jacques Martin parler de son alignement ainsi : « On ne change pas une formule gagnante ! » Est-ce que l’on peut étendre ce concept au monde des médias sociaux? C’est ce qu’a fait la LNH pour les séries éliminatoires 2011 en reprenant l’excellent concept de « History will be made ».

Une offensive parfaite en 2010

En 2010, la LNH avait décidé de lancer une série de vidéos qui étaient vite devenues virales. Le concept de 2010 tournait essentiellement sur les joueurs.


L’offensive lancée un peu avant les séries (il y a un an environ) était surtout axée sur des moments historiques comme ce dernier. Mais rapidement la ligue a compris le potentiel du concept et a fait de nouvelles publicités en lien avec les séries du moment, stratégie judicieuse qui leur a permis de maintenir un momentum jusqu’à la fin des séries.

Quand le consommateur s’approprie un concept

La LNH a probablement atteint le summum de ce qu’on espérer avec une stratégie virale, les fans ont repris le concept à toutes les sauces. Certaines de ces vidéos ont même récolté plus de visionnement que les originaux!


La grande puissance de ce concept est qu’il peut s’est étirer tout au long des séries avec une grande variété de vidéos. Au total, on peut compter plus de deux millions de visionnement pour les différentes vidéos officielles de la ligue, un score plus qu’intéressant.

Ramener le concept pour 2011

La LNH a donc décidé de récidiver cette année et de ramener le concept. Du réchauffé selon certains, mais on ne peut pas reprocher à quelqu’un de réessayer ce qui a été tant profitable. Il faut tout de même souligner que la LNH misera cette fois-ci sur des situations qui sortent du contexte de la patinoire et de l’exploit individuel.


Alors, est-ce que la sauce va reprendre cette année?

Guillaume

Les médias sociaux sont-ils les amis des athlètes?

On aime bien suivre les nos athlètes favoris par le biais des Twitter et Facebook de ce monde. On entre ainsi pratiquement dans le quotidien de ces gens exceptionnels. Toutefois, est-ce que c’est vraiment bon pour eux?

Dans certains moments je crois que ça peut déraper. Je parle ici de la mini-controverse qui a suivi la médaille d’or historique d’Alex Harvey et de Devon Kershaw en sprint par équipe au championnat du monde de ski de fond à Oslo. À la suite de cette victoire, Harvey a décidé d’abandonner le relais 4 fois 10 kilomètres pour se concentrer sur l’épreuve du 50 kilomètres.

On peut voir ici rien d’anormal, mais un des membres de l’équipe canadienne du relais a trouvé la décision d’Harvey plutôt décevante. Igor Babikov a alors déclaré sur son compte Twitter :

«Il y en a un d’entre nous qui commet la plus grande erreur de sa vie… et j’ai perdu tout respect pour cette personne...» – Igor Babikov (Cliquez ici pour l’article complet)

Babikov était bien sûr amer de la décision d’Harvey, cette épreuve représentait peut-être la dernière chance de médailles de sa carrière, lui qui est âgé de 30 ans.

Bien que ce tweet ait été retiré peu de temps après, certains médias s’étaient déjà emparé de l’affaire et les demandes d’entrevues se sont multipliées pour les membres de l’équipe canadienne. La réaction de Babikov était peut-être trop impulsive, mais tout de même normal. Si l’histoire était resté à l’interne, rien de bien grave ne ce serait passé, mais en sortant l’histoire sur Twitter, Babikov a causé une mini-crise. Tout cela n’aide probablement pas l’équipe a bien se concentrer, bien qu’ils soient tous des professionnels du milieu.

Twitter le nouveau fil de presse?

Il faut bien se le dire, Twitter semble être beaucoup plus qu’un réseau social. De plus en plus on considère Twitter comme un outil de relations publiques. BriseGlace a écrit un billet sur le sujet et le vice-président de Cossette, Pierre Tessier a plaidé pour que les médias sociaux relèvent davantage des relations publiques.

Même le premier ministre Harper se sert maintenant de Twitter comme d’un fil de presse pour ses nouvelles politiques!

Devenir un relationniste

Les athlètes devront donc devenir malgré eux des relationnistes et agir avec beaucoup plus de prudence lorsqu’ils seront sur les médias sociaux. Leur image est en jeu et peut-être même leur carrière. Imaginez si un joueur du CH tweetait sur un coup de tête qu’il n’aimait plus Montréal! Catastrophe! Toutefois, il ne faudrait pas non plus que nos idoles deviennent drabe et sans intérêt, pourquoi les suivrions nous alors? Il faut juste trouver le bon dosage.

Bonne semaine!

Guillaume

Pour des twitteux sportifs intéressants : Twitter : L’heure de gloire des « hockey insiders » de mon collègue Alix.

Qui des quatre géants est le meilleur sur les médias sociaux?

Quel est le sport le plus populaire aux États-Unis, le baseball ou le football? Le débat fait rage, l’un attire des milliers de spectateurs sur une saison beaucoup trop longue de 160 et quelques matchs et l’autre met en scène le plus important événement sportif de l’année, le Super Bowl.

Les médias sociaux ont tranché et c’est… le basketball. Oui, ce sport que certains ont rétrogradé au même niveau, voire en bas du hockey dans l’échiquier du sport aux États-Unis, est numéro un dans le coeur des adeptes du 2.0 et de loin.

Alors que la NFL cumule 2 617 402 fans sur Facebook et 1 959 138 sur Twitter et que la MLB a un maigre 278 617 fans sur Facebook et 1 110 979 sur Twitter, la NBA possède un total impressionnant de 7 558 042 fans sur Facebook et 2 330 388 fans sur Twitter. Notons quand même la performance décente de la LNH avec 1 373 199 fans sur Facebook et 525 459 fans sur Twitter.

Oui, c’était beaucoup de chiffres. Tout cela pour vous illustrer l’impressionnante avance de la NBA dans les médias sociaux. Comment la ligue en est arrivée là? À vrai dire, en épluchant les différents comptes Facebook et Twitter, on se rend compte que vraiment peu de choses distingue les ligues. Les 4 ligues Tweetent constamment, même si la NFL et la MLB sont en congé, on répond aux gens et on est proactif. C’est surtout au niveau du compte Facebook où je peux entrevoir une réelle différence dans l’approche de la NBA. Les vidéos.

La clé du succès

On y présente souvent, très souvent des vidéos. J’avais déjà mentionné dans un précédent billet que le contenu interactif était un gros plus pour une page Facebook, spécialement dans le monde du sport. C’est sans doute ce que la NBA avait déjà compris. On doit aussi mentionner que la NBA a misé fortement sur son channel Youtube qui compte maintenant près de 300 000 abonnés. Un choix stratégique que les autres grandes ligues n’ont pas fait, seule la LNH  à un véritable channel qui compte environ 75 000 abonnés. Le channel Youtube de la NBA leur permet de partager beaucoup plus facilement du contenu à leurs fans, youtube permettant une viralisation beaucoup plus facile que des vidéos logés sur les sites des ligues.

En résumé, utilisez le vidéo au maximum si vous voulez connaître du succès dans la vague du 2.0. C’est le bonbon extrême qui satisfait le fan.

Guillaume

Le Mission Control: la parole aux fans

Les médias sociaux démocratisent la circulation de l’information, c’est maintenant un fait quasi-irréfutable. On peut facilement réponde aux communications des marques, interagir avec eux et même commencer des conversations avec celles-ci.

Peut-on aller plus loin dans cette optique? C’est ce que les Devils du New Jersey ont cru en lançant le 16 février dernier la Mission Control (voir l’article du lancement). Le Mission Control c’est un endroit exclusivement dédié aux médias sociaux, 9 ordinateurs, 2 télévisions écrans plats et 10 iPads pour suivre le plus efficacement possible ce qui ce passe sur les médias sociaux.

C’est bien beau tout ça, mais il y a plus. Au lieu de se dénicher un spécialiste des médias sociaux par les méthodes de recrutement conventionnel, les Devils ont demandé à 25 de leur plus grand fans déjà actifs sur les médias sociaux de joindre l’équipe. On l’appelle la Devils Army. Ils sont spécialement actif sur twitter @DevilsGenerals, mais aussi sur Facebook. Comme on peut le voir dans le vidéo qui suit, il semble également gérer les comptes officiels de l’équipe comme le twitter @NHLDevils.

Ce qui est particulièrement intéressant c’est l’utilisation des fans dans le processus. Les fans sont très engagés dans la marque et sont directement en mesure de comprendre ce que le fan veut savoir. On peut également voir qu’ils sont très actifs et pertinent dans leurs tweets. Nouvelle façon de faire qui me semble rafraichissante et efficace, surtout pour maximiser l’engagement du fan qui, comme nous l’a expliqué Hugo, peut être très payant.

Voilà une idée très intéressante, est-ce que nos glorieux suiveront le pas?

Guillaume

Faites-vous voir en streaming!

L’Internet nous permet maintenant des possibilités énormes. Toutes les associations sportives peuvent maintenant avoir leur site Web, leur blogue, leur page Facebook, leur compte Twitter et ainsi de suite. Toute cette panoplie d’outils permet même à la plus petite des associations sportives de communiquer avec ses fans, mais il y a plus!

Au lieu de simplement publier vos résultats sur la toile, que diriez-vous de pouvoir diffuser vos événements en direct pour vos fans? C’est maintenant facile et relativement aisé avec justin.tv. Oui oui, le même justin.tv que je vous ai recommandé pour regarder le Super Bowl en streaming.

Facile

J’ai vérifié, ce n’est pas de la fausse représentation, c’est maintenant vraiment facile de diffuser à peu près n’importe quoi en streaming. En moins de deux minutes, j’étais prêt à diffuser à partir de mon oridinateur. Vous pouvez également utiliser votre iPhone ou votre téléphone Androïd grâce à l’application mobile de justin.tv et c’est là que ça devient particulièrement intéressant.

Pourquoi ne pas diffuser votre événement sportif directement à l’aide de votre cellulaire? Je ne crois pas que tous les événements sportifs ont intérêts à être en direct sur le Web, mais pourquoi pas une finale de tournoi, un événement spécial, un moment unique, etc. Cela pourrait particulièrement plaire à grand-papa ou grand-maman qui pourrait suivre les prouesses de leur petits-fils ou petite-fille.

Vérifiez votre connexion Internet

N’oubliez pas votre connexion Internet! Si votre événement dure 4 heures, il se peut fort bien que vous dépassiez le nombre de données de téléchargement permis par votre forfait de téléphone. Vous pouvez toutefois tenter de voir avec le propriétaire des lieux si une connexion sans-fil est disponible.

Publicité

Mettre votre événement sur justin.tv c’est bien, mais avoir du monde qui le regarde, c’est mieux. N’oubliez donc pas de promouvoir votre événement par vos moyens de communications habituels, Facebook, Twitter, courriel, etc. Soyez transparent quant à l’expérience du streaming, il ne faut pas que les gens s’attendent à du matériel de qualité professionnelle. Mais ne vous inquiétez pas, même si ce ne sera pas une qualité A1, je suis persuadé que vos fans seront ravis de pouvoir suivre leurs protégés.

1, 2, 3, test

Attention, avant de commencer votre streaming, je vous suggère fortement de faire quelques tests parce que ça peut être frustrant pour certains de s’installer devant son ordinateur et d’attendre en vain une diffusion qui ne viendra pas. De plus, si votre organisation possède une certaine notoriété et crédibilité (équipe junior aaa, organisation québécoise de gymnastique, etc.), un streaming qui ne marche pas pourrait peut-être entaché votre organisation.

J’aurai beaucoup aimé vous donner des exemples d’organisations qui ont tenté l’expérience du streaming, mais je n’en connais pas, tant le phénomène est nouveau. Je vous invite donc à tenter l’expérience et m’en donner des nouvelles.

Bon streaming!

Guillaume

Publicité et Super Bowl

Faire une publicité au Super Bowl et dépenser des millions pour qu’elle passe en ondes. The good old way of marketing on pourrait croire. Les publicitaires qui se sentent dépassés par le web 2.0 (voir l’article de mon collègue Hugo Fournier) pourrait y voir un dernier château fort de la pub traditionnelle. Et pourtant…

En ouvrant votre compte Facebook ce matin, je suis presque certain que vous avez tous vu au moins une publication concernant des pubs du Super Bowl.

Si vous avez Twitter, c’est encore pire et sur la blogosphère les décomptes des meilleures publicités pleuvent. Oui ces publicités envahissent les médias sociaux, n’en déplaisent aux traditionnalistes. En 2011, une publicité au Super Bowl c’est autant du viral que de la télé. Je doute même de la pertinence de passer plus d’une fois le spot pendant la partie, peu importe, il sera sur Youtube et Facebook 10 minutes après la remise du trophée (s’il n’y était pas avant) et sera vu par un nombre incalculable d’internautes. Ces bijoux de publicité sont donc créés autant pour le petit écran que pour le Web, c’est un peu pour ça la publicité de 2 minutes de Chrysler.

Intemporel

On peut tous douter de la pertinence de mettre plus de budget dans la réalisation d’une publicité qu’il y a de budget pour les films québécois en général, mais il faut mettre en contexte la publicité. En ayant un rayonnment immense durant le Super Bowl et ayant des supports (Youtube et Facebook) pour perdurer dans le temps, ces publicités deviennent l’image des différentes compagnies. Ces publicités perdurent dans le temps, et les gens les regarderont encore et encore (s’ils les aiment!)

Je ne veux pas faire de décompte de publicités, j’aurai beaucoup trop l’impression de faire du copier-coller. Je vous invite donc à lire le billet de Luc Dupont à ce sujet. Super Bowl XLV : TOP 5 pubs TV

Bonne journée et bon visionnement!

Guillaume

Le Super Bowl en streaming : fiction ou réalité

Est-ce qu’un jour le Web éliminera la télévision? Impossible me direz-vous, mais pourtant le streaming, ou la diffusion en direct sur le Web est en croissance depuis quelques années. Si bien qu’il vous sera probablement possible dimanche de regarder la partie tant attendue à partir de votre bureau ou de votre téléphone intelligent.

Le phénomène n’est pas nouveau, l’an passé, plusieurs sites offraient la partie en direct plus ou moins légalement. J’ai même réussi à trouver un site qui diffusait la partie de l’an passé dans un cadre « légal ». Il fallait cependant être prêt à l’écouter en italien comme il s’agissait du site du géant de la télé italienne Rai. Malheureusement, il semble que la chaîne n’accepte plus que les étrangers visionnent son contenu…

Si vous voulez avoir la conscience tranquille et regarder le Super Bowl légalement en streaming, la réponse est donc : fiction

Mais s’il y a de petits pirates parmi vous et que vous n’aurez pas de télévision (ou le câble!) pour visionner la partie dimanche, sachez qu’il y a quand même plusieurs sites qui offre le Super Bowl. Je tiens à vous dire que j’ai peut-être compromis la durée de vie de mon portable en visitant certains sites assez douteux, mais je crois tout de même que j’en ai déniché certains qui ne devraient pas faire paniquer votre anti-virus.

Si vous n’avez pas vraiment de problèmes de conscience et que vous êtes un brin pirates, la réponse est donc : réalité

Voilà quelques sites:

http://www.justin.tv (je recommande)
http://www.baston2rue.com/live-superbowl-2011-en-streaming-steelers-vs-packers/

http://pakyuraz.glogster.com/super-bowl-xlv-2011-live-streamwatch-super-bowl-45-online/

http://www.sportsbun.com/super-bowl-2011-predictions-green-bay-packers-vs-pittsburgh-steelers-superbowl-xlv-45/

Mobile

L’application iPhone justin.tv permettra probablement de visionner la partie, comme elle le fait pour les parties des Canadiens. Évidemment, vérifiez si votre contrat vous permet assez de téléchargements pour toute une partie, ou connectez-vous à un réseau sans-fil.

L’application est aussi disponible avec Androïd.

Une question de contrats

Pourquoi aucune chaîne, ni même la NFL ne diffuse le Super Bowl sur le net? Je crois que c’est avant tout un question de contrats. Pour les chaînes, comment faire passer le streaming au câblodistributeurs et comment vendre la publicité si n’importe qui peut voir la partie? C’est probablement pour ça que Rai bloque son accès aux étrangers, quel est l’intérêt d’une compagnie italienne de me courtiser? Du côté de la NFL, on vend la partie à gros prix aux différentes chaînes. On ne peut donc pas courtiser les téléspectateurs de ses clients et risquer d’en perdre.

Bon Super Bowl, à la télé, sur le Web ou avec votre mobile!

Guillaume

Médias sociaux : écrire comme un chef

Vous avez lu mon dernier billet « Médias sociaux : plan de match » et vous avez maintenant votre page Facebook et peut-être même votre compte Twitter. Vous avez donc un plan de ce que vous prévoyez publier sur vos différentes plateformes. C’est bien, maintenant comment continuer d’intéresser vos fans jours après jours.

Constance

Soyez au rendez-vous jours après jours. Il est fréquent que dans les organisations sportives il y ait de longs temps morts. Il ne faut pas hésiter à rester présent sur les médias sociaux. Continuer d’intéresser vos fans avec du contenu exclusif de la dernière année, des nouvelles intéressantes de l’actualité qui concerent votre sport, des nouvelles des athlètes, etc. Il peut être difficile de bâtir une habitude de consultation chez vos fans, il ne faut donc pas la détruire. Il n’est pas nécessaire de publier du contenu tous les jours, mais évitez de passer des semaines complètes sans publication, surtout si vous avez l’habitude de produire du contenu fréquemment.

Pertinence

Soyez pertinent dans toutes vos publications. N’oubliez pas que vos comptes sur les médias sociaux représentent votre organisation au même titre qu’un porte-parole. Il faut donc que vous soyez conséquent avec le milieu dans lequel vous évoluez. Si vous êtes le gérant d’un équipe mineur, il peut-être approprié de souligner la fête du père d’un joueur, si vous êtes le propriétaire d’une équipe de la LHJMQ, ça l’est moins. Restez professionnel et intéresser vos fans. Comme je l’ai déjà mentionné dans mon billet précédent, faites plus que simplement annoncer les dates de joutes et les résultats. Donnez une « plus-value » à vos fans.

Multimédia

Justement, cette « plus-value » pourrait être du multimédia. Pour les ligues professionnelles, plusieurs sites offrent les résumés des parties en capsule vidéo, mais pour les ligues junior et pour les sports amateurs ce n’est pas le cas. Il s’agit donc d’une opportunité en or de fournir à vos fans du contenu exclusif. Une remise des médailles, un but spectaculaire, une entrevue, sont tous des éléments qui engageront davantage vos fans envers votre organisation. Les vidéos n’ont pas à être de qualité professionnelle (à moins que vous soyez dans les grandes ligues, évidemment). Les gens seront simplement content d’avoir des images à se mettre sous la dent (ou les yeux devrait-on dire?).

Je vous invite à regarder cette page d’une équipe de novice C de 2009-2010. On y voit de court vidéo qui donne vraiment une valeur ajouté à la page. Notez aussi les 102 fans!

Mise au point

Lorsque je parle de vous créer une page Facebook, il s’agit d’une « fan page » et non d’un groupe. Je suis resté estomaqué de voir la majorité des équipes de la ligue de hockey junior AAA avoir un groupe au lieu d’une fan page. En créant un groupe, on se prive d’être sur le fil de nouvelles des gens. En plus, on ne contrôle pas vraiment ce qui ce passe dans le groupe et les administrateurs continuent de parler en leur nom au lieu de parler au nom de l’équipe ou de l’organisation.

Bonne écriture et restez connectés pour d’autres informations utiles.

Guillaume

Médias sociaux : plan de match

Les nouveaux médias comme on les appelle, avec Internet en la position de capitaine, nous forcent à reconsidérer notre façon de communiquer et de nous promouvoir. Le domaine sportif n’échappe pas à cette vague et c’est la raison même de ce blogue.

Je remarque depuis peu un abondance de groupe sportif, marque ou autre organisation qui se lancent dans les médias sociaux avec un plan de match inexistant. Ce billet, le premier d’une série sur le sujet, vise donc à examiner ces pratiques dans le but d’aider tous ceux qui sont appelés à travailler avec les médias sociaux.

Conseil #1 : Le plan

Cela peut sembler anodin, voire même inutile, mais un bon plan est le premier et peut-être le plus important pas dans la bonne direction. Quand on y pense cela va de soi, Jaques Martin n’enverrait pas ses joueurs au combat sans aucune directive.

Donc, votre planification devrait contenir un plan de publication, pour bien définir le contenu de vos posts et leur fréquence, un plan de promotion, car une fanpage Facebook avec 20 fans n’est pas très efficace, et des objectifs.

Votre premier défi sera de trouver de quoi parler qui pourra intéresser votre clientèle. Cela peut s’avérer plus difficile que vous ne le pensiez. Simplement partager les résultats et les dates d’activités de votre équipe ou groupe sportif n’est pas assez. Par exemple, les Voltigeurs de Drummondville de la LHJMQ n’ont que 109 fans contre 972 pour les Inouk de Granby qui sont pourtant dans la LHJAAAQ. Les raisons de tout cela ne sont jamais tranchées au couteau, mais on peut tout de même constater que les Inouk mettent beaucoup d’efforts dans leur communication pour intéresser leurs lecteurs (photos, anecdotes, etc.) En réfléchissant bien à ces points avant même de vous lancer dans l’aventure des médias sociaux, vous vous économiserez bien des efforts et des déceptions. Dernier conseil sur ce point, évitez de concurrencer des fanpages bien établies. Par exemple, si vous êtes dans le monde du hockey, vous ne pourrez pas concurrencer RDS, la LNH et le Canadien pour donner les résultats de la LNH.

N’oubliez pas de promouvoir votre compte Facebook ou Twitter. On ne peut pas se bâtir un nombre d’adeptes intéressants sans aucun effort. Un moyen simple est de penser à ajouter le logo des médias sociaux à vos communications. Faire des concours, tirez des billets par exemple, est un autre moyen assez efficace de faire gonfler votre nombre de fans.

Enfin, n’omettez pas les objectifs. Si vous ne savez pas du tout quoi mettre comme objectifs, faites le tour des pages de vos concurrents et tentez de les rejoindre en nombre d’adeptes. Ne pensez toutefois pas obtenir 1000 fans en un mois, soyez réalistes et conséquent avec les efforts promotionnels que vous faites. Je vous suggère également de vous fixer des objectifs de participation lors de concours et de ventes si vous en faites la promotion. Vous pouvez partir de donnés obtenues avec des moyens traditionnels pour les premiers temps.

Bon marketing sur les médias sociaux et restez à l’affût pour d’autres conseils pratiques.

réfléchissant