Pour l’athlète-blogueur… le contenu d’abord

Comme nous en avons discuté souvent depuis les débuts de Sport Électronique en janvier dernier, la relation entre l’athlète et le fan a grandement évoluée depuis les dernières années. Blogging, réseautage social, les athlètes multiplient les interactions avec leurs publics. Jusqu’ici, nous avons évalué ces interactions d’un point de vue principalement marketing : l’impact sur l’image de l’athlète, sur celle de ses commanditaires, etc.

Cependant, à la base, y a-t-il vraiment une stratégie marketing derrière chacune de ces communications ? Sommes-nous brainwashé par l’immersion que nous vivons dans le monde des com. marketing depuis le début de nos études ? La réponse varie, évidemment.

C’est pourquoi j’ai décidé d’entrer en contact avec une athlète de haut niveau (et blogueuse à ses heures) afin de lui poser quelques questions. L’athlète en question est Ève Routhier, membre de l’Équipe canadienne de ski alpin. Au cours de l’article, je glisserai des petits extrait de mon échange avec elle.

 

Premièrement : Le blogue comme journal de bord

Tout d’abord, Ève a commencé à bloguer afin de donner plus facilement de ses nouvelles. Avec le temps que nécessitent les voyages, les compétitions et tout, le blogue est devenu un outil simple et accessible pour quiconque désirait la suivre au cours de sa saison de ski. Sa motivation pour le tenir à jour régulièrement ? Ses fans.

« Je reçois énormément de commentaires positifs. […] Ça me fait vraiment plaisir de voir que j’ai autant de gens derrière moi, qui s’intéressent à ce que je fais.  C’est ma façon de leur rendre la pareille ! »

Et les commanditaires ?

« Mon blogue a commencé par être uniquement personnel.  J’y écrivais mes expériences, mes déplacements, mes performances.  Plus tard, voyant que j’étais lue par plusieurs, j’ai ajouté les logos de mes commanditaires et j’ai affiché plus de détails par rapport à ma carrière. Même si j’affiche un peu plus de visibilité pour les compagnies qui m’appuient, mon blogue demeure plutôt personnel.  Je suis la seule qui le gère et qui y écrit. »

« Mes commanditaires sont très importants.  Sans eux, je ne pourrais pas faire ce que je fais.  C’est donc très important pour moi de leur donner le plus de visibilité possible. »

L’Équipe nationale de ski l’encourage-t-elle à donner de la visibilité à ses commanditaires ?

« Ils laissent cette décision à notre discrétion.  Nous sommes par contre très sensibilisés à ce que nous affichons sur Internet (Facebook, Twitter, blogues…)  C’est notre image et notre réputation qui est en jeu.  Et par conséquent, à plus grande échelle, notre futur et notre carrière. »

Que pouvons-nous apprendre de l’exemple de Ève ?

Bien entendu, il s’agit d’un cas différent des athlètes professionnels. Ève ne reçoit pas de salaire dans les six chiffres afin de promouvoir les marques qu’elle endosse. Mais un constat demeure : le contenu primera toujours. L’entretien de la relation avec les fans est ce qui maintient le trafic sur le blogue d’un athlète.

Si Ève avait fait l’éloge de ses commanditaires au lieu de parler de ses expériences personnelles à travers sa vie d’athlète, il est probable que les visites auraient été beaucoup moins nombreuses. Bref, en gardant son style, sa touche personnelle, et en gardant l’accent sur sa vie, Ève assure un trafic constant sur son site tout en donnant de la visibilité à ses commanditaires non seulement grâce aux logos sur son blogue, mais bien grâce aux nombreuses photos d’elle et de ses équipières (manteaux, équipements, etc.)

Peut-être direz-vous que ce n’est pas un gros placement publicitaire pour des compagnies comme Head, Alpina et GMC par exemple, mais c’est le genre de commandites qui démontre un engagement dans la communauté et qui, à long terme, est payant pour une marque. Êtes-vous d’accord avec moi ?

Bonne semaine !

Alix.

 

**

Blogue de Ève

Équipe canadienne de ski

Merci à ma collègue et amante de la bonne bouffe Isabelle Darche pour le contact.

 

Publicités

Les centres de ski nous tiennent bien informés !

Avec le changement d’heure et l’arrivée progressive du printemps, il semble y avoir une mince lueur d’espoir qu’un jour, nous nous retrouverons en maillot de bain autour d’une piscine profitant d’une belle journée ensoleillée! Mais pour le moment, malheureusement ou heureusement pour certain, l’hiver est toujours bien présent ce qui permet aux adeptes de sport de glisse de profiter d’encore quelques belles journées. Et pour faciliter leur déplacement, plusieurs applications mobiles leur sont proposées!

Une application Androïd

Ski Trail Maps, disponible sur Androïd, est l’une des applications les plus efficaces pour les amateurs de ski. Elle permet entre autres de consulter une foule d’information sur la majorité des montagnes, que ce soit au Canada, aux États-Unis et même en Europe. À l’aide d’un plan de la station de ski, il est possible de sélectionner des pistes afin de visualiser en détail leur état : qualité générale, quantité de neige, fermeture possible, etc. Une version limitée est disponible gratuitement, mais il est également possible de débourser 2 $ afin d’accéder à la version « pro » de l’application.

Application IPhone

IPhone détient lui aussi plusieurs applications répondant aux mêmes besoins. Il y a notamment SkiQC, une application gratuite permettant de s’informer sur les conditions de neige sur plus de 70 stations de ski au Québec. Un de ces avantages est sa facilité d’utilisation et sa possibilité de retenir en mémoire nos montagnes favorites. Cependant, il n’y aucun pas d’élément visuel comme des cartes, ce qui le rend un peu moins convivial.

Évidemment, des dizaines d’applications destinées aux conditions de neige sont disponibles, et ce, quelle que soit la plateforme mobile utilisée. Et cette tendance va en augmentant puisque plusieurs stations de ski tentent et tenteront d’imposer leurs propres applications mobiles dans les prochaines années, comme c’est cas présentement avec le Mont-Tremblant.

Adeptes de sports de glisse, profitez des dernières semaines de ski pour tester ces applications et dites-moi lesquelles vous préférez!

Valérie

Alternative Sports : petite ville, grosse boutique en ligne

Alors que l’hiver 2011 a été particulièrement généreux en neige ici au Québec, je pense à mes amis skieurs et planchistes. Ceux-là même qui ont méticuleusement magasiné leurs équipements et vêtements de « snow » sur le Web cet automne, afin de trouver les manteaux les plus flash aux meilleurs prix. Il existe une multitude de sites transactionnels intéressants au Québec pour les amateurs de glisse. Mon article d’aujourd’hui met en vedette l’une de ces boutiques virtuelles : Alternative.

À Rimouski ?

À la base, Alternative Sports est un magasin de style « skateshop / boardshop / surfwear » situé à Rimouski, au Bas-Saint-Laurent, ville dont je suis originaire. Adolescent, j’y ai souvent magasiné. Je suis donc resté surpris lorsque certains de mes amis de Sherbrooke m’ont fait l’éloge de leur boutique en ligne.

Pourquoi Alternative ?

Alors qu’ils auraient pu opter pour un magasin mieux connu, et plus mainstream, pourquoi ont-ils choisi Alternative ? J’ai fait mon enquête, et voici mes conclusions sur les points forts qui font de cette boutique en ligne un must.

  • Vaste sélection

L’étendue du choix est impressionnante. Impossible de ne pas trouver quelque chose à notre goût. Dans un sport où le style est très valorisé, je crois qu’il est important pour les clients d’Alternative de trouver quelque chose qui leur ressemble, et qui ne sera pas porté par tout le monde à la station de ski.

  • Recherche rapide et simple

L’interface est épuré. Pas compliqué. Beau design et belle ergonomie. J’aime bien la possibilité de rechercher par marque puisqu’il est logique de penser que ça intéresse plusieurs internautes. Voilà à mon avis une preuve que le staff connaît sa clientèle.

  • Photos prises en magasin : What you see is what you get

Il existe peut-être des exceptions, mais il semble que les photos des articles affichés aient été prises par la boutique elle-même, ce qui garanti en quelque sorte la bonne couleur, le bon modèle, etc. Cela m’a été confirmé par un vendeur. Par exemple, voici la comparaison que j’ai fait avec les pantalons Burton Cargo Tall (couleur Blotto Gray) :

Comparaison des photos : Altern et Burton

  • Livraison gratuite au Canada pour une facture de plus de 75 $

Un peu comme le fait Amazon, une telle offre est un excellent moyen d’encourager le client a dépenser plus à chaque visite. Une situation win-win.

  • Service à la clientèle très accessible

Si le client a besoin d’aide durant son magasinage, il lui est très facile de trouver quelqu’un à qui parler. La boutique offre un clavardage en ligne instantané ainsi qu’une ligne téléphonique dédiée à cette fin. Il s’agit d’une bonne façon de diminuer les abandons et de montrer aux clients que leur satisfaction est prioritaire.

  • Présence active et pertinente sur les médias sociaux

Dernier point et non le moindre, je trouve qu’Alternative sait comment rejoindre ses publics. L’entreprise tweet très régulièrement et publie du contenu super intéressant, divertissant et personnalisé sur Facebook et YouTube. On sens réellement une personnalité propre à cette boutique, et à mon avis, cela doit être assez stimulant et engageant pour tout fan de sport de glisse.

Pas surprenant que Alternative Sports fasse des affaires non seulement au Canada, mais aussi aux États-Unis et en Europe avec sa boutique en ligne. N’hésitez pas à partager vos expériences sur ce blogue si vous avez déjà acheté sur alternative113.com/shop ! Est-ce que d’autres points vous viennent en tête ? Êtes-vous d’accord avec mes propos ?

Bonne journée !

Alix.